Le Lac, Lamartine

Alphonse de Lamartine (1790-1869), Méditations poétiques (1820)

« Le Lac »

Le lac

Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,

Dans la nuit éternelle emportés sans retour,

Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges

Jeter l’ancre un seul jour ?

 

Ô lac ! l’année à peine a fini sa carrière,

Et près des flots chéris qu’elle devait revoir,

Regarde ! je viens seul m’asseoir sur cette pierre

Où tu la vis s’asseoir !

 

Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes ;

Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés ;

Ainsi le vent jetait l’écume de tes ondes

Sur ses pieds adorés.

 

Un soir, t’en souvient-il ? nous voguions en silence ;

On n’entendait au loin, sur l’onde et sous les cieux,

Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence

Tes flots harmonieux.

 

Tout à coup des accents inconnus à la terre

Du rivage charmé frappèrent les échos,

Le flot fut attentif, et la voix qui m’est chère

Laissa tomber ces mots :

 

« Ô temps, suspends ton vol ! et vous, heures propices,

Suspendez votre cours !

Laissez-nous savourer les rapides délices

Des plus beaux de nos jours !

 

« Assez de malheureux ici-bas vous implorent ;

Coulez, coulez pour eux ;

Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;

Oubliez les heureux.

 

« Mais je demande en vain quelques moments encore,

Le temps m’échappe et fuit ;

Je dis à cette nuit : « Sois plus lente » ; et l’aurore

Va dissiper la nuit.

 

« Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,

Hâtons-nous, jouissons !

L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ;

Il coule, et nous passons ! »

 

Temps jaloux, se peut-il que ces moments d’ivresse,

Où l’amour à longs flots nous verse le bonheur,

S’envolent loin de nous de la même vitesse

Que les jours de malheur ?

 

Hé quoi ! n’en pourrons-nous fixer au moins la trace ?

Quoi ! passés pour jamais ? quoi ! tout entiers perdus ?

Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface

Ne nous les rendra plus ?

 

Éternité, néant, passé, sombres abîmes,

Que faites-vous des jours que vous engloutissez ?

Parlez : nous rendrez vous ces extases sublimes

Que vous nous ravissez ?

 

Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !

Vous que le temps épargne ou qu’il peut rajeunir,

Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,

Au moins le souvenir !

 

Qu’il soit dans ton repos, qu’il soit dans tes orages,

Beau lac, et dans l’aspect de tes riants coteaux,

Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages

Qui pendent sur tes eaux !

 

Qu’il soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,

Dans les bruits de tes bords par tes bords répétés,

Dans l’astre au front d’argent qui blanchit ta surface

De ses molles clartés !

 

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,

Que les parfums légers de ton air embaumé,

Que tout ce qu’on entend, l’on voit et l’on respire,

Tout dise : « Ils ont aimé ! »

 

Publicités
Comments
19 Responses to “Le Lac, Lamartine”
  1. Anne Mary dit :

    prim !!!!!!! et sans voix !!!!!! je vais m’en imprégnier!!!!!!! Raph c’est fort et beaucomme ta muse est sereine !!!!!!!gros bisous je reviens !!!!!! la gorge moins serrée!!!!!!!!!profondeur de cet écrit !!!!!

  2. Martine dit :

    Et voilà la Martine qui vient mettre son grain de sel aussi !! Très joli poème de Lamartine…Bonne fin de soirée et bon week end Raphaël

  3. Anne Mary dit :

    LAMARTINE est ce poète qui est nous en quelque sorte !!!!!!! comme une chanson !!!!!!!! les mots sont importants bisous MARTINE enfin !!!!!!!!!!!! diapason !!!!!!!!!!

  4. solange dit :

    J’avais oublié qu’il était si long merci de me rafraichir la mémoire!!

  5. joanna12 dit :

    O temps suspends ton vol!!! merci pour cette lecture, jo

  6. agamede dit :

    Martine voyons !Mais c’est vrai qu’il est long, je n’en avais plus le souvenir moi non plus.Merci raphaël

  7. L'Ami dit :

    C’est pas une heure qu’il me faut pour écrire un tel poèmeMais une nuit entière…Et c’est curieux cette alternance devers de 6 et de 12 pieds…j’ai jamais essayé…Pourquoi pas !L’Ami Gilbert

  8. Jazzy dit :

    J’aime cette musique qui balance " un soir, t’en souvient -il ? nous voguions en silence…….. " les pauses , les silences tout y est dans l’alternance Comme dit l’ami Gilbert pour atteindre cette perfection dans le partage d’émotion il faut bien une nuit entière .

  9. joe ailes dit :

    seul les esprits sensibles peuvent parvenir à ressentir toute la beauté et la mélancolie que dégage ce poème, aussi long soit-il!

  10. Anne Mary dit :

    ainsqi soit il !!!!!LAMARTINE §§§§

  11. Le lampiste dit :

    Même en une nuit entière je pense que je ne serais pas capable d’écrire un tel poème. Il demande au lac témoin de son amour pour Elvire de s’en souvenir. J’ai eu envi d’en faire un billet car ce matin, j’ai mis un commentaire sur un billet qui parle du temps qui passe où je cite ce magnifique vers : "Ô temps, suspend ton vol ! Et vous, heures propices, suspendez votre cours ! Combien d’entre nous avons un jour fait ce souhait ? J’avais aussi oublié qu’il était si long.Je vous souhaite à tous une très bonne soirée.Raph.

  12. joe ailes dit :

    merci raph! fais de beaux rêves et que ta nuit soit douce!

  13. Sasha dit :

    Il est si beau que l’on oublie qu’il est long (enfin pour moi)… C’est un vrai petit bijou ce poème… Quand j’étais au lycée, notre prof nous faisait réciter ce genre de -long- poèmes… j’adorais ça !Douce nuit Raphaël… Et bon week-end !

  14. Le lampiste dit :

    Moi aussi Sasha !Bon week end également.

  15. cecile. dit :

    Le poème "Le lac" est une réflexion sur le temps en rapport avec un amour qui semble à jamais fini. Il constate amèrement que le passé, fut-il heureux, est passé à jamais, que le temps en a effacé la trace et qu’il ne peut être restitué. La nature qui a été le témoin vivant de la présence du poète a pu garder la trace de ce moment et le restituer au poète. C’est le paysage qui conserve le souvenir, et non l’écriture et qui peut dire "ils ont aimé". !!!!!! ///doux wend a toi Raph…..merci pour ce beau partage //poesie chere a mon coeur /////….///gros bizoux ///amitie de cecile //……..

  16. Souris dit :

    Quel beau poème de Lamartine. Emotions si simplement écrites. Bon week end

  17. claudem dit :

    Magnifique poème de ce cher Lamartine…qui fait vibrer d’émotions n’importe quel coeur …tout comme je les aime , il correspond à mon état d’esprit..alors je ne le lis pas je le bois …! l’avale…!

  18. ♫☺Marie☼♫ dit :

    COucou Raph !Oh oui j’aime beaucoup Lamartine et ce poème en particulier me touche beaucoup… c’est un poème qui traverse le temps c’est bouleversant.très bon w-end à toi ! bisousssss !

  19. Le lampiste dit :

    C’est très beau en effet ! Je l’ai récité à Mr Dupoilu et il était en extase. Je suis jaloux ! Voilà que ce poème a plus de succès que les miens. SNIF….. BOUOU….Je blague merci pour vos visites et bon week end. Le prochaine fois je mettrais un Verlaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :